Historique

Origine du nom

  • La Monnerie : « meunerie » (existence d’un ou plusieurs moulins sur la Durolle).
  • Le Montel : nom du village à l’origine le plus important de la commune.

Après une première pétition en 1908, la commune a été créée le 5 août 1932 à l’initiative de ses habitants, qui souhaitaient s’affranchir de la tutelle de la commune de Saint-Rémy-sur-Durolle dont elle faisait partie. Une grande fête célébra l’évènement le 27 novembre de la même année.

La première réunion du conseil municipal eut lieu le 22 septembre

  • M. Claude DUMAS fut élu maire
  • M. Charles CHOTY fut élu 1er adjoint

Les membres de ce premier conseil municipal :

  • M. Pierre HUGUET
  • M. Édouard MURE
  • M. Rémy CHAPELAT
  • M. Francisque GRIFFON
  • M. Pierre DANTHONNET
  • M. Claude FORTIAS
  • M. Étienne GUELON
  • M. Étienne VACHER
  • M. Antoine DOZOLME
  • M. Auguste DOZOLME
  • M. Annet DUFOUR
  • M. Paul ETIENNE
  • M. Rémy GONIN
  • M. Antoine GUILLEMIN

Premiers états civils :

  • 5 septembre 1932 : 1ère naissance : Marguerite Lisiane BOST
  • 10 septembre 1932 : 1er mariage : Adolphe SAUZEDDE et Sidonie BATTU
  • 24 septembre 1932 : 1er décès : Marie GARDETTE, veuve de Jean GARDETTE

Maires successifs de 1932 à aujourd’hui

  • M. Claude DUMAS, de 1932 à 1941
  • Docteur PERRIER, de 1941 à 1944
  • M. Roger HONORÉ, de 1944 à 1947
  • M. Pierre HUGUET, de 1947 à 1958
  • M. Antoine GUILLEMIN, de 1958 à 1966
  • M. Antoine COLLAY, de 1966 à 1974
  • M. André ROMAN, de 1974 à 1977
  • M. André PÉRUFEL, de 1977 à 1995
  • M. Simon COMTE, de 1995 à 2008
  • M. Jean-Louis GADOUX, depuis 2008

Un peu d’histoire

D’après le livre Au fil des couteaux, de Henry TOURY, curé de La Monnerie de 1955 à 1959 et décédé en 1996

Pendant des siècles, l’histoire de La Monnerie-le-Montel fut celle de Saint-Rémy-sur-Durolle.

Les habitants connurent fort longtemps la pauvreté. Possesseurs de quelques maigres troupeaux de brebis ou de chèvres, leurs ressources étaient modestes en raison même de la pauvreté du sol. La garde des moutons, le filage de leur laine, la culture du seigle et le travail dans les bois constituaient leur vie quotidienne.

Un recensement officiel de 1788 s’établit ainsi :

  • Saint-Rémy........... 28 feux
  • Le Montel............ 25 feux
  • Le Chambon........ 18 feux
  • Chez-Las............. 12 feux
  • Chantelauze........ 5 feux
  • Chazeau............. 5 feux
  • La Rivale.............. 3 feux
  • Gransaigne......... 2 feux
  • Le Suchet............ 2 feux
  • Chez-Néron......... 1 feu

On dénombre 7 habitants par feu, soit par exemple 196 habitants à Saint-Rémy et 175 au Montel, ce qui montre l’importance de ce village par rapport au chef-lieu de canton. Au total, les villages de la commune représentaient 511 citoyens à la veille de la Révolution.

Tous ces feux existants dans la vallée semblaient condamnés à brûler sans éclat lorsque le vent tourna. Une industrie nouvelle surgit, qui allait transformer le pays. Le travail du couteau allait assurer aux riverains de la Durolle et à leurs descendants, en même temps que la notoriété, l’espoir d’un labeur plus stable et moins sujet aux fluctuations des saisons.

Dès le XVIe siècle, la coutellerie de Thiers rayonne sur la campagne. En 1615, on compte 59 maîtres couteliers à Saint-Rémy. 120 ans plus tard, en 1740, on en dénombre 700.

La Révolution française freina quelque peu l’industrie. L’écroulement de la monnaie sous le Directoire compliqua et prolongea un peu plus longtemps ce marasme ; mais, dès la restauration de l’ordre économique, dans les premières années de l’Empire, le travail du couteau reprit vigueur. Avant la Révolution française, la région de La Monnerie se trouvait à cheval sur deux provinces, ce qui amenait certains villages de la même commune à traiter les uns avec la Loire, c’est-à-dire le Forez, les autres avec le Puy-de-Dôme, c’est-à-dire l’Auvergne. Et c’est le hameau de Chez-Las qui servait de charnière.

Plan du site - Mentions légales
© copyright Commune de La Monnerie Le Montel - 2011